Accueil Politique Bédié et Affi invitent leurs militants sur l’ensemble du territoire ‘’à empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin’’

Bédié et Affi invitent leurs militants sur l’ensemble du territoire ‘’à empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin’’

Par Réné Ramissou
Affi et Bédié optent pour un boycott de la présidentielle ivoirienne.

Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda et Pascal Affi N’guessan, président du Fpi (Front populaire ivoirien), tous deux candidats déclarés à la présidentielle ivoirienne du 31 octobre prochain, ont appelé, jeudi 15 octobre, 1er jour de campagne électorale, leurs militants ‘’à mettre en application le mot d’ordre de boycott actif par tous les moyens légaux à leur disposition, afin que le pouvoir actuel consente à convoquer l’ensemble des forces politiques nationales afin de trouver des solutions acceptables à toutes les revendications ».

Pour le candidat du parti de Laurent Gbagbo, ‘’Alassane Ouattara qui est inéligible, a été retenu sans aucun argument juridique valable’’, ajoutant que la Commission électorale actuelle est ‘’caduque, parce que la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, par divers arrêts, a indiqué clairement que cette Commission ne répond pas aux critères internationaux et qu’elle doit être réformée avant toute élection’’.
Quant au Conseil constitutionnel dirigé par le Magistrat Koné Mamadou, Affi N’guessan qui parle également au nom du candidat Henri Konan Bédié, a soutenu qu’il est sous influence du pouvoir Rhdp (Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix, au pouvoir).

En conséquence, l’ancien Premier ministre ‘’invite nos militants sur l’ensemble du territoire à faire barrage à ce coup d’Etat électoral, que le Président Ouattara s’apprête à commettre. Ils doivent empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin et sont invités à mettre en application le mot d’ordre de boycott actif par tous les moyens légaux à leur disposition.’’ La campagne électorale a été ouverte par la Commission électorale indépendante (Cei), pour une durée de quinze jours, au moment où le pouvoir ivoirien continue de rester sourd aux nombreux appels au dialogue de l’opposition ivoirienne, des religieux, de la société civile, des artistes de renom, comme Meiway et de la communauté internationale (Onu, Union africaine, Cedeao, Mission internationale d’observation électorale (Mioe), de l’Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique (Eisa) et du Centre Carter…), pour des élections crédibles et apaisées.

La campagne s’ouvre également au moment où les manifestations contre le 3è mandat, jugé inconstitutionnel, du Président sortant, a déjà fait plus d’une vingtaine de morts dans le pays, de nombreux dégâts matériels et plusieurs arrestations dont celles de Mmes Pulchérie Gbalet, Anne-Marie Bonifon, Antoinette Yobouet Akissi, Ange Yéo etc., toutes membres de la société civile et des partis politiques de l’opposition. Pour rappel, le ‘’boycott actif’’ de l’élection présidentielle du 22 octobre 1995, a fait une vingtaine de morts pendant la campagne électorale et des velléités putschistes de l’armée, déjouées à la veille du scrutin. A Gagnoa, plus de 200 Baoulés se sont réfugiés à la gendarmerie de la ville. Dans le Nord du pays, des opérations ‘’ville morte’’, ont paralysé le scrutin. C’était le cas, notamment à Korhogo, la capitale de la Région du Poro. A Odienné, les listes électorales ont été brûlées la veille du scrutin. Dans plusieurs autres villes, des voitures et des bâtiments officiels ont été attaqués et, parfois, incendiés.

René Ramissou

Tu pourrais aussi aimer