Accueil Tourisme Côte d’Ivoire/Développement du tourisme : importante rencontre de tous ceux qui aiment Yamoussoukro, le samedi 28 mars 2020

Côte d’Ivoire/Développement du tourisme : importante rencontre de tous ceux qui aiment Yamoussoukro, le samedi 28 mars 2020

Par Jean Michael

Nous voulons faire de Yamoussoukro la première destination touristique de Côte d’Ivoire. Lire l’interview de Mme Françoise Konan, présidente de la plateforme ‘’Yamoussoukro, notre ville, notre capitale’’.

Qu’est-ce qui a motivé la création de la plateforme ‘’Yamoussoukro, notre ville, notre capitale’’ ?
Tout est parti d’un constat. Le bâtisseur de Yamoussoukro, Félix Houphouët-Boigny, a donné une âme à cette ville qui fait qu’elle est unique en son genre en Côte d’Ivoire. Vous le remarquerez par son architecture. Une ville plate avec de large rues toutes éclairées etc. Yamoussoukro est une ville verte avec de nombreux espaces boisés. C’est une ville d’études et de réflexion. Cela se traduit par la présence d’écoles d’excellence dont l’Inp-Hb où ont été formés la plupart des ingénieurs qui font la fierté de notre pays. Il y a le lycée scientifique et le lycée Mamie Adjoua. Vous avez la Fondation Houphouët-Boigny pour la recherche et la paix etc. Yamoussoukro regorge de nombreuses infrastructures touristiques. Notamment la Basilique Notre Dame de la paix, l’hôtel le président, le lac aux caïmans ; pour ne citer que ceux-là. On note également de nombreux espaces de loisirs et de divertissement, sans oublier les infrastructures sportives.

Malheureusement certaines de ces infrastructures sont laissées à l’abandon. Nous nous sommes dit : pourquoi ne pas faire quelque chose pour sauvegarder tout ce que le bâtisseur de cette ville a fait ? Pourquoi ne pas faire la promotion de notre ville afin que la population locale tire profit de ces atouts ? Voici comment nous avons créé la plateforme ‘’Yamoussoukro, notre ville, notre capitale’’. Notre objectif est de faire la promotion de Yamoussoukro afin d’en faire la première destination touristique de Côte d’Ivoire. Nous voulons amener les populations à être fières de leur ville. Nous voulons également cultiver la fraternité et l’amitié. L’autre objectif est de donner une identité à Yamoussoukro ; de sorte que quel que soit l’endroit où il se trouve sur le territoire national et de par son comportement, son apparence, l’on reconnaisse que c’est une Yamsoise ou un Yamsois, ou qu’on dise que celui-là vient de Yamoussoukro.

Cette plateforme suscite-t-elle un engouement des internautes ?
Oui, il y un engouement. Pas seulement auprès des Yamoussoukrofouè que nous appelons Yamsois, mais il y des personnes des autres villes et hors de la Côte d’Ivoire qui se manifestent, parce qu’ils adhérent à notre idée. Nous sommes déjà à près de 5.000 membres. Chaque jour, nous enregistrons plusieurs dizaines de demandes d’adhésion.

Vous voulez rencontrer vos membres le samedi 28 mars à Yamoussoukro. A quelle fin ?
Effectivement, nous avons une rencontre le samedi 28 mars à Yamoussoukro. Ce sont, en fait, des retrouvailles. Vu nos objectifs, il est important qu’on se retrouve pour se connaitre, fraterniser mais aussi pour réfléchir et déterminer les activités et actions à mener qui puissent concourir à la promotion de notre capitale. C’est pourquoi nous invitons tous ceux qui aiment Yamoussoukro à se joindre à nous. Nous invitons les hôteliers et restaurateurs ainsi que tous ceux qui interviennent dans le domaine du tourisme à associer leurs images à cette rencontre. Pour réussir l’organisation, nous invitons les membres à s’inscrire par sms au 07641944. Nous arrêtons la liste le 05 mars.

Selon vous, que peut-on faire pour attirer le maximum de touristes dans la ville chère au cœur du 1er Président de la Côte d’Ivoire ?
Il y a beaucoup à faire. Nous avons des idées pour Yamoussoukro. Ce sont ces idées que nous allons partager à la rencontre du 28 mars. Nous ne voulons pas mettre la charrue avant les bœufs. Mais nous vous rassurons que nous avons de nombreux projets. Entre autre, le tourisme sportif, le tourisme religieux, l’écotourisme, le tourisme culturel etc. Je saisis cette opportunité pour lancer un appel à tous ceux qui se réclament de Yamoussoukro. C’est le moment de valoriser notre capitale et d’en tirer profit. Les autorités politique et administratives ne peuvent pas tout faire. Il faut des initiatives privées. C’est pourquoi nous invitons tous ceux qui se réclament de Yamoussoukro à se joindre à nous. Nous les attendons à la rencontre du 28 mars.

Interview réalisée par Jean Michael 

Tu pourrais aussi aimer