Accueil International Des militaires français essuient des tirs de leurs homologues tchadiens

Des militaires français essuient des tirs de leurs homologues tchadiens

Par Franck Tagouya
Incident au Tchad entre les armées française et tchadienne.

Selon la presse française, des militaires français ont essuyé, le 9 juin 2020, à N’Djamena, la capitale du Tchad, des tirs de leurs homologues tchadiens dans les environs du Palais présidentiel, faisant deux blessés. A en croire le communiqué de l’Etat-major de l’armée française, relayé par plusieurs journaux français, ces militaires étaient en visite de reconnaissance pour la préparation d’une ‘’rencontre officielle à venir’’. Rien n’est indiqué quant à la date et les participants de cette rencontre ‘’officielle’’ qui exigeait que des soldats fassent une visite de reconnaissance aux abords du Palais présidentiel sans la notifier à la hiérarchie militaire tchadienne. Conséquence : pris à tort ou à raison pour des intrus, des tirs sont partis, car les soldats tchadiens « ne savaient pas qui étaient ces passagers » dans un véhicule banalisé et dans une zone interdite. Heureusement que la vie des blessés n’est pas en danger. Ils devront néanmoins être évacués en France, selon le colonel Frédéric Barbry, porte-parole de l’état-major, dans lepoint.fr, qui ajoute que les investigations sont en cours pour déterminer les circonstances précises de l’incident.

Ignoraient-ils qu’ils étaient dans une zone interdite ? Pourquoi les tirs sont-ils partis si vite ? Y-a-t-il eu sommation avant le feu ? Les interrogations fusent.
Cet incident intervient, 8 ans et un mois, jour pour jour, après un autre qui a eu lieu le 9 mai 2012, à N’Djamena dans la matinée. Le 9 mai 2020, selon France 24, deux militaires français à bord d’un véhicule civil avec l’immatriculation de l’armée française ont été la cible de tirs venant d’un ancien militaire tchadien qui se déplaçait avec une motocyclette. Ces militaires français sortaient de leur base « Hadji Kossei ». L’un d’entre eux a été blessé au coude.
Il faut rappeler que 5100 militaires français sont mobilisés pour participer à l’opération Barkhane dans la bande sahélo-saharienne. Cette opération vise à soutenir les armées nationales du sahel engagées dans la lutte contre des djihadistes affiliés au groupe Etat islamique ou Al-Qaïda.


Franck Tagouya

Tu pourrais aussi aimer