Accueil Société Glissement de terrain à Anyama : les sinistrés pas prêts à quitter les lieux

Glissement de terrain à Anyama : les sinistrés pas prêts à quitter les lieux

Par Franck Tagouya
pluies diluviennes à Anyama

Souvent, les bonnes décisions sont prises trop tard. Cette pensée pourrait bien s’appliquer à la situation que vivent les sinistrés d’Anyama suite au glissement de terrain avec écoulement de boue après la forte pluie la nuit du 17 au 18 juin 2020. Elle est tombée, la bonne décision. Les autorités se sont succédées aux côtés des victimes pour les soutenir et n’ont eu qu’un seul mot : quittez ! La dernière à l’avoir dit est la ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, Pr Mariatou Koné qui a lancé le 21 juin dernier, cet impératif : « Il faut que les populations quittent les zones à risques afin d’éviter d’autres drames ». Après elle, c’est le ministre d’Etat ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, chef du gouvernement par intérim, qui leur a réitéré l’appel, les invitant à quitter les zones à risque et inondables, en raison des fortes pluies qui s’abattent sur le Grand Abidjan. C’était à l’issue d’une réunion sur la gestion des inondations et leurs conséquences dans le Grand Abidjan, le 22 juin 2020.


Vont-t-elles s’exécuter ? Difficile de répondre, mais les jours à venir nous le situeront. Mais déjà, des reportages diffusés par la chaîne de télévision publique nationale, Rti 1, la semaine dernière, rendent quelque peu sceptique quant à la volonté de ces populations de s’exécuter. Le reportage a montré, lors d’une tournée des cadres de la Compagnie ivoirienne d’électricité (Cie), sur leurs installations, des personnes vivant sans gêne, sous les pylônes des moyennes tensions. Alors qu’il est requis une distance de 15 mètres minimale. Interrogés, elles évoquent presque toutes, ‘’le manque de moyen financier’’ qui les enchaînent sous ces pylônes. En outre, lors de la tournée du Maire de Yopougon, Koné Kafana, dans certaines zones à risque, des personnes rencontrées et interrogées évoquent également leur ‘’pauvreté extrême’’ qui les empêcherait de sortir de ces zones. Heureusement ou malheureusement, le Maire les a informées que ses services les déguerpiront de gré ou de force.

Les services météorologiques ont annoncé très tôt de très fortes pluies cette année. Le préfet d’Abidjan a même publié un communiqué sur sa page Facebook que notre rédaction a relayé le 15 mai 2020 : « Vincent Toh Bi Irié (Préfet d’Abidjan) : ‘’les pluies qui arrivent là, c’est djinzin même !!!’’ ». Mais hélas, la pluie a encore pu frapper, malgré toutes ces interpellations.
L’heure n’est plus à montrer à quel degré on est pauvre pour se livrer pieds et poings liés au sort. Rappelons que lors de sa visite aux victimes, la ministre Mariatou Koné a offert au nom du gouvernement ivoirien, des vivres, et non vivres composés de riz, d’huile, de pâtes alimentaires, de tomates, de produits sanitaires et hygiéniques.

Le Premier ministre par intérim a rassuré que le Conseil de gouvernement prendra une décision relative au secours ‘’urgent’’ à apporter à la mairie et aux populations en détresse qui sont actuellement dans une mosquée et une église afin qu’elles retrouvent un cadre de vie normale. Après ces pluies diluviennes à Anyama, le dernier bilan fait état de 16 morts, 5 personnes disparues et un total de 733 personnes sinistrées issues de 52 familles.


Franck Tagouya

Tu pourrais aussi aimer