Accueil Agriculture Hausse du travail des enfants dans les champs de cacao : on se perd en conjectures

Hausse du travail des enfants dans les champs de cacao : on se perd en conjectures

Par Franck Tagouya
Une étude sur hausse supposée du travail des enfants dans les champs de cacao, continue de faire des vagues.

Des interrogations subsistent encore sur les résultats d’une étude que la Fondation International Cocoa Initiative (Ici), a menée auprès de 263 communautés productrices de cacao en Côte d’Ivoire et publiés le 1er juillet 2020 selon Reuters. Cette étude fait état d’une augmentation, comparativement aux années antérieures, de 16% à 19,4% du nombre d’enfants travaillant dans la production du cacao dans les communautés cibles de l’enquête. L’étude a eu lieu entre le 17 et le 15 mai 2020. On pourrait lier cette augmentation à la pandémie de la covid-19. Mais la Fondation Ici n’a pas le cœur tranquille. Elle veut pousser l’investigation encore plus loin pour lever toute équivoque. Les pistes d’investigations qui se présentent alors, sont les suivantes. Cette augmentation est-elle occasionnelle, c’est-à-dire liée uniquement à la fermeture des établissements scolaires ?

N’elle-t-elle pas un substitut du manque de main d’œuvre dû à la fermeture des frontières avec les pays limitrophes qui fourniraient les producteurs de cette spéculation en main d’œuvre, comme on peut le lire dans un article publié sur le site internet du Cirad le 2 juin 2020 ? Ou encore, cela serait-elle l’indicateur d’un ralentissement économique qui affecterait les producteurs de cacao ? Ou simplement l’impact de toutes ces hypothèses et d’autres raisons non encore élucidées ? Pour pouvoir vérifier toutes ces hypothèses, d’autres investigations s’imposent à cette Fondation. Elle évoque l’utilisation de données de séries chronologiques plus longues avant et après la levée du confinement partiel, puis des outils économiques plus affinés. Une fois la lumière faite, les mesures adéquates pourront être prises pour un contrôle plus efficace.

Déjà, une autre enquête téléphonique auprès de 515 cacaoculteurs ivoiriens qui s’est déroulée entre le 2 et 9 juin 2020, parallèlement à la première, a montré que plus de la moitié de la population de l’enquête connait « une diminution des revenus depuis le début de la fermeture partielle en mars ». Comme l’indique l’Agence écofin, cette étude sur la hausse est publiée au moment où le Département américain du travail a demandé le 12 juin 2020, la révision de l’étude d’un groupe d’experts indépendants qu’elle avait commanditée. Cette étude qui révélait également une hausse du travail infantile entre 2013/2014 et 2018/2019, a été vigoureusement contestée par les gouvernements ivoirien et ghanéen.

Franck Tagouya

Tu pourrais aussi aimer