Accueil Politique Henri Konan Bédié : ‘’l’occasion s’offre à Ouattara de respecter sa parole et la constitution’’

Henri Konan Bédié : ‘’l’occasion s’offre à Ouattara de respecter sa parole et la constitution’’

Par Réné Ramissou
Bédié estime qu'un 3è mandat de Ouattara viole la Constitution.

Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, principal parti de l’opposition ivoirienne, s’est voulu clair, dans une interview accordée à France 24, le mercredi 29 juillet 2020. Au moment même où les militants du Rhdp (Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix, parti au pouvoir), étaient en réunion à Sofitel hôtel ivoire pour supplier Alassane Ouattara de briguer un 3è mandat. Pour l’ancien Président de la République, un 3ème mandat d’Alassane Ouattara ‘’serait illégal’’. Avant d’ajouter : ‘’je pense que l’occasion s’offre à lui de respecter sa parole et de respecter la constitution plutôt que de la violer’’. C’est le point de vue d’éminents constitutionnalistes du pays notamment les Professeurs Martin Bléou et Francis Wodié, ancien président du Conseil constitutionnel. Le jeudi, 05 mars 2020, à la Fondation Houphouët-Boigny pour la Recherche de la paix de Yamoussoukro, devant les députés et sénateurs réunis en congrès, Alassane Ouattara a déclaré qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle.

Mais le Président ivoirien surfe sur la mort ‘’prématurée’’ de son Premier ministre et candidat du parti, Amadou Gon Coulibaly, le 8 juillet dernier, pour être candidat à la présidentielle du 31 octobre prochain. Depuis quelques jours, c’est un ballet grotesque de supposées populations du pays, qui défilent au Palais présidentiel, pour lui demander d’être candidat.
‘’Considérant les appels pathétiques et angoissés, émanant des différentes régions du pays (…), Considérant la situation sociopolitique nationale marquée par la disparition tragique le 8 juillet 2020 du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat désigné du Rhdp à trois (03) mois du scrutin présidentiel, qui constitue un cas de force majeure (…),

considérant les graves périls que cette disparition fait peser sur la nation toute entière, demande à S.E.M. Alassane Ouattara Président de la République, Président du Rhdp d’accepter d’être le candidat du Rhdp à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.’’ Lit-on dans le communiqué qui a sanctionné la rencontre du Conseil Politique du Rhdp qui s’est réuni mercredi 29 juillet 2020, de 17h à 19h au Sofitel hôtel ivoire d’Abidjan. En réponse, Alassane Ouattara a dit prendre acte des résolutions du Conseil politique mais demande ‘’un peu de patience’’, pour prendre sa décision. Pourtant à en croire Mamadou Koulibaly, ancien Président de l’Assemblée nationale et fondateur du parti Lider, c’est depuis le 22 juillet dernier que le président du Rhdp a déposé son dossier de candidature.

Pour beaucoup, c’est le 7 août prochain, date anniversaire de l’indépendance du pays, que Ouattara annoncera sa candidature, le temps pour lui, de faire en sorte que sa candidature s’impose, faute de candidats dans son parti, présenté, à cor et à cri, comme un vivier de cadres compétents. Mais le président du Pdci-Rda prévient. Si Ouattara s’entête à être candidat, le peuple ivoirien ‘’se prononcera’’, face à la violation de la Constitution. Lui qui annonce avoir parlé à l’ancien Président de la République, Laurent Gbagbo, qui vit encore en Belgique malgré son acquittement par la Cour pénale internationale (Cpi).

René Ramissou

Tu pourrais aussi aimer