Accueil Agriculture Impact de la Covid-19 sur le cacao: l’investissement dans les coopératives, la solution

Impact de la Covid-19 sur le cacao: l’investissement dans les coopératives, la solution

Par Franck Tagouya
la covid a un impact sur l'approvisionnement du cacao.

Ouvrant la session des rencontres avec des leaders, dénommée « Apprendre des dirigeants : une tasse de café avec… » initié par Oikocredit, Hans Perk, le directeur régional pour l’Afrique, a commenté la crise actuelle de Covid-19 et ses impacts sur les chaines d’approvisionnement du café et du cacao. Il a fait quatre propositions pour l’augmentation de la résilience de ces chaines, après avoir montré du doigt les menaces parmi lesquelles la trop grande dépendance de nombreux agriculteurs des cultures de rente. Il propose donc, premièrement, la réduction de cette dépendance. Car explique-t-il, ces cultures de rente sont cultivées pour les marchés internationaux qui sont difficiles d’accès en temps de crise. Pour preuve, la crise liée à la pandémie de la covid-19 a entraîné la fermeture des frontières, la lenteur de la manutention dans les ports, le manque de conteneurs et de navires et la fermeture des usines de transformation qui ont occasionné à leur tour, des retards de paiement. Parallèlement, Hans Perk soutient, deuxièmement, l’idée de création de valeur avec ces produits de rente et le développement des marchés dans les pays d’origine. Il fait observer que c’est en fin de chaîne d’approvisionnement et dans les pays les plus riches que l’on perçoit la marge bénéficiaire du cacao et du café loin de leurs lieux de production.

Troisième, il croit en l’investissement dans les coopératives, car elles fournissent des services essentiels dans les zones rurales, lieu de production par excellence des produits de rente, argue-t-il. Là où les autres organisations, voire les gouvernements, y vont rarement sinon pas du tout. La plupart des 500 millions de petites exploitations (selon le rapport de la Fao 2017 intitulé L’avenir de l’alimentation et de l’agriculture), qui jouent un rôle indispensable dans la production alimentaire des populations du monde, sont vulnérables aux changements climatiques, à l’instabilité des prix et à la concurrence déloyale, note le rapport de l’ Institut de formation en alternance pour le développement (Ifad)2013, intitulé Les petits exploitants, la sécurité alimentaire et l’environnement. Cette vulnérabilité les handicape sérieusement dans la production alimentaire mondiale et surtout à l’horizon 2030 où il faudra 50% de production supplémentaire pour satisfaire la demande de nourriture au niveau mondial.

L’investisseur à impact social apporte son grain de sel par le financement des coopératives qui ont des milliers de membres. Ces coopératives peuvent être des leaders et des catalyseurs pour les autres. Hans Perk rassure que son institution et ses investisseurs accompagneront leurs différents partenaires jusqu’ à la fin de cette crise et leur apportera les financements nécessaires et les préparera ainsi pour l’avenir. Avec plus de quarante ans d’expérience (depuis 1975), Oikocredit est présente dans le monde entier, en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Elle promeut le développement durable au travers des investissements sur l’inclusion financière, l’agriculture et les énergies renouvelables. Un accent particulier est mis sur l’autonomisation des personnes à faible revenu afin d’améliorer leurs conditions de vie. Ses partenaires bénéficient des solutions qui vont au-delà du simple financement.


En Côte d’Ivoire, Oikocredit participe activement au développement du secteur agricole et des Pme. Le 3 avril 2019, l’Ong Cultivating new frontiers in agriculture (Cnfa) a signé à Méagui (ouest du pays), un protocole d’accord Oikocredit pour le projet Maximizing opportunities in cocoa activity (Moca). Ce projet consiste à aider les coopératives bénéficiaires à développer une approche entrepreneuriale de leurs activités. Le 6 mai, c’était le tour de Fidelis finance Côte d’Ivoire de signer avec Oikocredit pour l’accord d’une ligne de crédit de € 2,3 millions pour financer à son tour des Pme ivoiriens.

Franck Tagouya
Sources : oikocredit.coop ; commodafrica.com; financialafrik.com

Tu pourrais aussi aimer