Accueil Société Inondation à Abidjan : comment les réseaux sociaux ont permis de sauver de nombreuses vies

Inondation à Abidjan : comment les réseaux sociaux ont permis de sauver de nombreuses vies

Par Réné Ramissou
plusieurs quartiers inondés ce 25 juin

Rue ministre, carrefour riviera 3, centre de santé communautaire de la riviera palmeraie, Bonoumin, carrefour Alpha Blondy, Boulevard Mitterrand, dans la commune de cocody, l’indénié, le carrefour zoo, williamsville (Adjamé), mairie d’Abobo etc, étaient, jeudi 25 juin 2020, sous les eaux. Au terme d’une violente pluie qui s’est abattue sur Abidjan, la capitale économique ivoirienne. Pourtant selon la Sodexam, les pluies de ce jeudi avaient été annoncées comme modérées. Plusieurs voies coupées. Rues inondées. Maisons envahies. Cris et appels de détresse via les réseaux sociaux de populations prises dans le piège de la furie des eaux de ruissellement. Des images qui sont aussitôt relayées et partagées pour un secours aux sinistrés.

A en croire Vincent Toh Bi Irié, préfet d’Abidjan, sur sa page Facebook, en 12 heures, il est tombé beaucoup de pluies avec deux pics à Abidjan : Abobo zone Mairie avec plus de 146 mm de pluies et Cocody St Viateur, 240 mm de pluies. Or, les dégâts commencent à partir de 50 millimètres, selon les spécialistes. Pour le préfet d’Abidjan, le moment le plus critique, ce sont les heures qui suivent une forte pluie, car les murs sont fragilisés, certains ouvrages sont endommagés et le sol est gorgé d’eau. Surtout que ce vendredi 26 et Samedi 27 juin, la météo prévoit des pluies modérées ou fortes selon les zones.
L’Office national de la protection civile (Onpc), info relayée par RTinfo, le site internet de la RTI, chaine de télévision publique ivoirienne, a indiqué que les pluies de ce 25 juin ont fait cinq (5) morts. Chiffre provisoire quand on sait les difficultés éprouvées par les Sapeurs-pompiers pour secourir toutes ces populations en détresse.

Au cours du second trimestre de cette année, les fortes pluies qui se sont abattues sur le District Autonome d’Abidjan et plusieurs villes de l’intérieur du pays ont causé des pertes en vies humaines, fait des blessés et occasionné d’importants dégâts matériels avec des déplacements de populations par endroits, note le communiqué du Conseil des ministres du 24 juin 2020. Dans la Commune d’Anyama, le bilan de l’éboulement survenu le jeudi 18 juin 2020, s’établit à seize (16) morts, cinq (05) disparus, neuf (09) blessés, des populations déplacées, ainsi que des dégâts matériels considérables.

‘’Compte tenu des prévisions météorologiques, qui annoncent une pluviométrie plus abondante que celle de l’année 2019, le Conseil invite les populations vivant dans les zones à risque à les quitter sans délai’’. Sauf que la quasi-totalité des populations sinistrées de ce jeudi sont loin de vivre ‘’ dans les zones à risque’’, mais dans le quartier de la haute bourgeoisie ivoirienne, cocody, où vivent le Président de la République, les présidents des institutions, les ministres et les diplomates accrédités en Côte d’Ivoire. Le 13 mars 2019, le Conseil des ministres présidé par Alassane Ouattara, Président de la Côte d’Ivoire, a adopté une communication relative aux inondations dans le District d’Abidjan. Elle stipule que :

‘’compte tenu de la récurrence des inondations dans le District d’Abidjan et au regard de l’importance des pertes en vies humaines ainsi que des dégâts matériels qu’elles occasionnent, le Gouvernement a organisé un atelier de réflexion sur les causes de ces inondations afin de mieux cibler les actions à mener en 2019 pour minimiser leur impact.
Conformément aux résolutions de cet atelier, le Conseil a instruit le Ministre chargé de l’Assainissement et de la Salubrité et l’ensemble des Ministres concernés à l’effet de prendre des mesures urgentes pour dégager toutes les zones inondables des bâtis y existant, et d’accélérer les procédures de passation des marchés de curage en vue du lancement des travaux de présaison trois mois avant la saison des pluies’’.
Rappelons que les dégâts causés à Abidjan par les inondations en 2018, ont fait une vingtaine de morts.

René Ramissou

Tu pourrais aussi aimer