Accueil Tourisme Investissement dans le tourisme en Afrique/Siandou Fofana préconise l’appui des instances gouvernementales au plus haut niveau

Investissement dans le tourisme en Afrique/Siandou Fofana préconise l’appui des instances gouvernementales au plus haut niveau

Par Admin

L’Afrique, selon l’Omt, a enregistré en 2017, 67 millions de visiteurs internationaux ; soit 4,8% des arrivées touristiques mondiales, contre 51% pour l’Europe et 24% pour l’Asie-Pacifique.

Malgré les atouts touristiques indéniables du continent africain, rappelé par Siandou Fofana, ministre ivoirien du Tourisme et des Loisirs : riche patrimoine culturel encore intact, plages à perte de vue, faune et flore fort variées, nombreuses attractions naturelles et capital humain certain fait d’hospitalité, d’accueil et de convivialité ; valeurs en voie de disparition au plan mondial, le secteur reste ‘’freiné par de nombreux goulots d’étranglement’’, selon Abdoul Karim Sango, ministre burkinabé de la Culture des Arts et du Tourisme. Et qui ont pour nom : le faible niveau des investissements dans le secteur, caractérisée par la faiblesse des infrastructures touristiques, la faible visibilité des destinations sur les marchés émetteurs de tourisme, l’insécurité grandissante qui anéantit les efforts de promotion consentis par les Etats et les opérateurs du secteur, l’insuffisante et la cherté de la desserte aérienne internationale et continentale et excessivement. A cela Abdoul Karim Sango ajoute la faible qualité des produits et services touristiques très souvent liée à une absence de formation aux métiers dans le secteur. C’était à l’ouverture, jeudi, 20 février 2020, du premier Forum mondial de l’Omt sur l’investissement touristique en Afrique, organisé à Abidjan, sous l’égide de ladite Organisation. Pour y remédier, Siandou Fofana préconise l’appui des instances gouvernementales au plus haut niveau ; ce, pour la formulation et l’adoption de stratégies sectorielles affichées, coordonnées, pour s’attaquer aux déficiences du marché qui entravent le tourisme ; dans le but de créer un environnement propice à l’investissement privé et, plus que toute autre chose apporter une stabilité politique et sociale.

Ces instances gouvernementales au plus haut niveau doivent, selon lui, fournir également des infrastructures de base et promouvoir le pays en termes de marketing et d’investissement. ‘’Le tourisme ne peut exister sans l’investissement privé, sans mécanisme de financements appropriés dans tous les segments de l’activité notamment, les lieux d’hébergement, les attractions et les services touristiques, et sans le transfert de connaissances de ce secteur. Les donateurs externes peuvent apporter le capital et l’assistance technique indispensables pour soutenir le secteur et l’aider à se développer. Sans la participation active de ces acteurs, le secteur ne pourra pas atteindre son plein potentiel’’, laisse entendre le ministre ivoirien du Tourisme et des Loisirs. Ajoutant : ‘’ l’accès aux capitaux et aux financements privés se présente, à cet égard, comme un défi majeur pour notre secteur et apparait comme la solution rêvée pour le développement des groupes ou champions nationaux à l’instar des groupes hôteliers Abou Nawas en Tunisie, Azalaï au Mali et en Côte d’Ivoire, Silimandé au Burkina Faso, Mangalis avec les hôtels Noom, Seen et Yaas.’’  En ouvrant ce Forum, Daniel Kablan Duncan, Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire, a indiqué que pour les pays du sud, le tourisme peut constituer un moteur de croissance à même de favoriser l’essor de l’économie et un meilleur niveau de vie des populations. Toutefois, il est important que les différents pays satisfassent à des exigences environnementales, économiques ou financières sous peine d’annuler les retombées positives des activités touristiques pour la société.

La Côte d’Ivoire, son pays, n’est pas en reste car il a adopté depuis 1970, diverses politiques de promotion et ambitionne aujourd’hui à travers sa stratégie dénommée « Sublime Cote d’Ivoire », de faire figurer le pays de l’éléphant, parmi les pays africains les plus attractifs à l’horizon 2025, en le positionnant comme le 3ème pôle de développement économique. Selon l’Organisation mondiale du Tourisme (Omt), en tant que catégorie d’exportation à l’échelle Mondiale, le Tourisme occupe un taux de croissance moyen des arrivées de l’ordre de 7 % sur la période 2000-2018, atteignant 1,400 milliard de touristes internationaux en 2018. L’Europe, première destination touristique compte 51% des arrivées internationales dans le monde, suivie de l’Asie-Pacifique, 24 %. L’Afrique, selon cette Organisation, a enregistré en 2017, 67 millions de visiteurs internationaux (soit 4,8% des arrivées touristiques mondiales) et recueilli 34,8 milliards de dollars US (soit 2,9 % des recettes touristiques mondiales). Rappelons que c’est à la 23ème Assemblée Générale du Conseil exécutif de l’Omt, tenue à Saint Petersburg, en Russie, en septembre 2019, que la Côte d’Ivoire a été désignée pour abriter ce Forum qui se tient du 20 au 22 février 2020, à Abidjan. C’est pourquoi le ministre ivoirien du Tourisme et des Loisirs a tenu a rendre un vibrant hommage du Secrétaire général de l’Omt : ‘’ Monsieur Zurab Pololikashvili, Secrétaire général de l’Omt, vos actions répétées en faveur de l’Afrique n’y sont pas étrangères. L’Afrique de tradition reconnaissante ne saurait oublier les lettres d’or que vous gravez ainsi gravées dans le marbre de l’Histoire. Soyez en vivement remercié.’’

SYLVAIN NAMOYA

Tu pourrais aussi aimer