Accueil Environnement Là où pourrait conduire notre indifférence face au changement climatique

Là où pourrait conduire notre indifférence face au changement climatique

Par Franck Tagouya

Notre indifférence face au changement climatique pourrait nous coûter cher à l’avenir. D’ici 2070, 3,5 milliards de personnes se retrouveraient dans des températures difficiles, comme dans le Sahara actuellement, « dans des zones aussi sèches et chaudes que le Sahara ». Ce seront en majorité des populations des pays en développement tels que le Nigeria, l’Inde, les Philippines et la Guyane. C’est ce que révèle une étude publiée par cinq universitaires américains, européens et chinois dans la revue scientifique Proceedings of the national academy of sciences (Pnas) et dont novethic.fr en fait l’écho dans un article mis en ligne le 18 juillet 2020. Selon cette alerte, les zones désertiques pourraient gagner en superficie : de moins de 1% à 20 % de la planète. Les zones tempérées ne sauraient échapper. Le mercure dans ces endroits pourrait monter de 3 à 4,5°c d’ici 50 ans, voire atteindre 7,5°c, selon Jens-Christian Svenning, l’un des co-auteurs.

Toutefois, les auteurs rassurent que cela n’est pas irréversible. Il suffit de régler nos actions de sorte à contenir le réchauffement climatique pour réduire le nombre de personnes exposées. Ainsi, si le réchauffement est limité à 2°c, ce serait 1,5 milliard de personnes qui seraient soumises à ces conditions extrêmes. Et dans un autre scenario dit socio-économique qui ferait plus de place à l’accès à l’éducation, à la santé… , seulement un milliard de personnes seront concernées. Chacun est donc interpellé de sorte à agir en pensant aux générations futures. Le développement durable commande qu’on satisfasse les besoins présents sans nuire à la possibilité des générations futures de satisfaire les leurs.

Pour rappel, le géant américain de l’e-commerce et son patron Jeff Bezos, financent les initiatives visant à la protection de la nature et la réduction de l’empreinte carbone. Un fond de 2 milliards de dollars us a été mis en place au profit des entreprises de toute taille, de la start-up à des sociétés déjà bien établies. Les secteurs concernés sont prioritairement les transports, la logistique, la production, le stockage ou l’utilisation d’énergie, le manufacturier et les matériaux, l’économie circulaire et l’agro-alimentaire. Quant aux projets portés par des scientifiques, des organisations non-gouvernementales (Ong) ou des activistes, susceptibles d’aider à préserver et protéger le monde naturel, ils pourront être financés par le Fonds personnel, Bezos Earth Fund.

 Franck Tagouya

Tu pourrais aussi aimer