Accueil International Mali : la junte fait d’un pur militaire retraité, le président civil de la Transition

Mali : la junte fait d’un pur militaire retraité, le président civil de la Transition

Par Franck Tagouya
Un ancien militaire choisi pour la transition au Mali.

La junte militaire au pouvoir s’est trouvé un président civil. C’est le 21 septembre 2020 que le président du Comité national de salut du peuple (Cnsp), Assimi Goïta, a annoncé que le collège mis en place pour désigner les personnalités de la transition, a choisi Bah N’Daw, comme président de la transition. La concertation a eu lieu à Bamako, capitale malienne, avec deux membres du Mouvement du 5 Juin, deux religieux et deux membres de la société civile. C’est le Cnsp qui a proposé Bah N’Daw. Les autres membres du Collège ont pris acte et se sont engagés à accompagner la junte et le nouveau président de la Transition.


Bah N’Daw est un ancien ministre de la Défense et des Anciens combattants du 28 mai 2014 à janvier 2015, sous la présidence de Ibrahim Boubacar Keïta dit Ibk. Avant d’être nommé ministre, Bah N’Daw, 1,95 m, est un colonel-major à la retraite de l’armée malienne. Il n’est pas resté longtemps à ce poste, pour semble-t-il, des raisons de divergences de vue. L’un de ses proches a confié au correspondant de Rfi à Bamako, Serge Daniel, que Bah N’Daw était en désaccord avec la politique de démobilisation et réinsertion que le gouvernement conduisait. Il n’aurait pas cautionné l’intégration des anciens combattants déserteurs, en refusant de signer un document relatif à cette intégration.

Né le 23 août 1950, à San, dans la région de Ségou, sa carrière militaire a débuté après son baccalauréat au sein de la 7e promotion (1973) de l’école militaire interarmées de Kati. Il est allé ensuite et d’abord en France pour compléter sa formation à l’école de Guerre, puis en Union des Républiques socialistes et soviétiques (Urss), l’actuelle Russie, pour un stage en pilote d’hélicoptère. Revenu au Mali, il fait l’essentiel de sa carrière au sein de l’Armée de l’air. Il été appelé auprès du président Moussa Traoré comme aide de camp, puis a rendu sa démission. Il a été nommé par la suite, chef d’Etat-major de l’Armée de l’air, puis à partir de 2008, Directeur de l’Office des Anciens combattants jusqu’en 2012 où il a pris sa retraite. Il parle en plus du français, l’anglais et le russe. Bah N’Daw devra tout faire pour finir sa mission effectivement au bout de 18 mois, soit en mars 2022. Il sera aidé par le colonel Assimi Goïta, chef de la junte militaire, nommé vice-président de la Transition. Ils devront prêter serment le 25 septembre 2020.


Espérons que cet Officier de l’Ordre national du Mali, médaillé du mérite militaire et médaillé au mérite national, dont tout le monde est unanime sur sa grande rigueur dans le travail, puisse asseoir les bases solides d’une démocratie véritable, dépouillée de toute corruption, pour que le Mali rentre définitivement dans une ère de paix et de prospérité. Rappelons que le Mali a connu déjà quatre coups d’Etat en 60 ans d’indépendance, dont l’avant dernière a eu lieu il y a à peine 8 ans, amené par le capitaine Amadou Aya Sanogo. Cette instabilité politique et sécuritaire pèse lourdement sur l’économie du Mali parce qu’elle lui prive de ses opportunités. Suite au dernier coup d’Etat du 18 août dernier, le Mali est isolé jusque-là sur ordre de la Cedeao et des autres pays de la sous-région. L’institution communautaire exige un Président et un Premier ministre civils, pour gérer la Transition.

Franck Tagouya
Sources : bbc.com et afrique.latribune.fr

Tu pourrais aussi aimer