Accueil Economie Mo Ibrahim déplore que la majorité des institutions régionales et sous régionales soient financées de l’extérieur

Mo Ibrahim déplore que la majorité des institutions régionales et sous régionales soient financées de l’extérieur

Par Franck Tagouya
Pour Mo Ibrahim, il faut enquête minutieuse, sérieuse et indépendante à la Bad.

Dans un entretien accordé au journal allemand Deutsche Welle du 7 juin 2020, Mo Ibrahim invite les Africains à assumer la souveraineté de l’Afrique. Pour lui, il ne s’agit pas de clamer à tout bout de champ la souveraineté du continent, mais il faut aussi mettre la main à la poche pour soutenir les institutions proportionnellement au degré de souveraineté voulu, en l’occurrence la Banque africaine de développement (Bad). Il déplore que la majorité des institutions régionales et sous régionales soient financées de l’extérieur. C’est le cas de l’Union africaine dont le budget opérationnel était jusqu’à récemment soutenu à 95% par l’Union européenne, fait-il remarquer.

Il se dit convaincu que c’est la contribution des pays africains qui saura soutenir la Zone de libre échange africaine (Zleca) et pourra rendre l’Ua forte. Pour lui, c’est l’exemple qu’il faut montrer, ‘’si nous réclamons la souveraineté de l’Afrique, si nous voulons l’unité africaine ou la fierté africaine’’.
Le milliardaire soudanais a évité de se prononcer sur la crise qui couve actuellement à la Bad parce qu’il a dit ne pas être au courant des détails des allégations, avérées ou non. Car, ajoute-il, il n’a parlé à aucune des parties. Mais le fondateur et promoteur du prix Mo Ibrahim, dédié à la bonne gouvernance et l’alternance démocratique en Afrique, soutient que ces allégations doivent faire l’objet d’une enquête minutieuse, sérieuse et indépendante. Pour lui, la sauvegarde de l’intégrité de l’institution transcende les personnalités, les nationalités, les individualités. Ainsi, la Bad pourra poursuivre sa mission de développement, pense-t-il.
Franck Tagouya

Tu pourrais aussi aimer