Accueil Région Occupation de la forêt classée de Ettrokro (Daoukro), par des clandestins : ça craint !

Occupation de la forêt classée de Ettrokro (Daoukro), par des clandestins : ça craint !

Par Réné Ramissou
Les forêts classées ivoiriennes menacées par des intrus.

Selon la page Facebook de Daoukro 24, ‘’des personnes étrangères’’ ont infiltré la forêt classée d’Ettrokro, dans le département de Daoukro (centre-est du pays, à 242km d’Abidjan). A cet effet, Aka Sonoh Julie, préfet de région, préfet du département de Daoukro, a tenu, le 25 juin 2020, une rencontre avec les élus locaux, les Forces de Défense et de Sécurité et les Représentant des villages impactés par cette intrusion de leurs forêts dont certains ont fui de leurs lieux d’habitation. Au cours de cette rencontre, le préfet de Daoukro a déclaré, en substance : ‘’notre devoir est de protéger la population. Nous devons tout faire pour que la population soit en sécurité dans le département de Daoukro. Dès que nous avons reçu l’information de la présence des inconnus dans cet espace protégé, nous avons convoqué cette rencontre puisque nous ignorons leurs intentions. Mais, qu’on sache que la forêt classée est une zone protégée, qui n’admet aucun travail champêtre. En tant que représentant de l’État, cela nous interpelle.

Mais, sans collaboration, nos efforts seront vains. C’est pourquoi je vous exhorte à alerter les services des Eaux et Forêts pour leur porter l’information pour leur permettre de réagir en temps réel. C’est le seul moyen pour protéger nos populations et les forêts ivoiriennes.’’ Avec ces intrus, ça craint et les populations sont apeurées au moment où certains, sur les réseaux sociaux (information que nous tentons de vérifier), parlent du meurtre d’un nigérien par ces malfrats. Surtout que cette région comme celles aux alentours ; notamment dans le N’zi et le Moronou, est minée par des orpailleurs clandestins armés, sus de tous. Au cours du Conseil municipal du samedi 09 février 2019, les Conseillers municipaux ont déploré, ‘’les dégâts énormes’’ causés par les orpailleurs clandestins. Pire, un des chefs de village qui a pris la parole, ce jour-là, au cours du Conseil, a déclaré que la plupart des élèves ont abandonné l’école pour s’adonner à la recherche de l’or. Une occasion saisie par le maire Djè Aubin pour sensibiliser les parents quant à l’éducation de leurs enfants. Il en a profité pour interpeller les pouvoirs publics, vu l’ampleur du phénomène dans la Région.

La peur est exacerbée car la Côte d’Ivoire est à peine quatre mois des élections générales et les regards tournés vers Daoukro, depuis que Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, a accepté, pour le compte des instances de son parti, d’être candidat, à nouveau, à l’élection présidentielle du 31 octobre prochain. C’est pourquoi il urge que le préfet de Daoukro fasse tout ce qui est en son pouvoir, en mobilisant les Forces de Défense et de Sécurité, pour déguerpir ces truands, des forêts classées d’Ettrokro et que les autorités ivoiriennes trouvent enfin, une solution à l’orpaillage illégal qui continue de détruire le peu de forêt qui reste pour ce pays, 1er producteur mondial de cacao.

René Ramissou
.

Tu pourrais aussi aimer