Accueil Politique Présidentielle ivoirienne : montée en puissance de la désinformation sur les réseaux sociaux

Présidentielle ivoirienne : montée en puissance de la désinformation sur les réseaux sociaux

par Franck Tagouya
les fake news entachent la présidentielle ivoirenne.

Le rapport de monitoring de l’Observatoire ivoirien des droits de l’homme (Oidh), sur la désinformation, présenté le 27 octobre 2020, à Abidjan, lors du 6è Forum sur l’impact de la désinformation, initié en partenariat avec le National democratic institute (Ndi), démontre qu’il y a une montée en puissance de la désinformation sur les réseaux sociaux en Côte d’Ivoire, surtout au fur et à mesure que la date de l’élection présidentielle se rapproche. Ce qui, pour l’Oidh, est une menace pour la démocratie. Car, les médias sociaux du fait de leur caractère viral, jouent un rôle important dans le contexte électoral que traverse ce pays. Pour Coulibaly Ibrahim, Directeur général de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale(Oscs), la désinformation en période électorale est utilisée surtout pour manipuler l’opinion, les partisans, les sympathisants contre les adversaires.

Cette rencontre a réuni des responsables de la société civile, ceux des médias, des blogueurs, des membres des partis politiques ; sans oublier des structures internationales. Autour du thème « Comment faire face à la désinfodémie en période électorale ? ». Ce, en prélude à la semaine mondiale de l’éducation aux médias. Par cette rencontre, le NDI entend renforcer les capacités de ces acteurs en Education aux médias et à l’information (Emi) afin qu’ils soient des barrières contre la désinformation. L’Emi permet de développer les connaissances et les compétences des individus pour leur permettre d’utiliser avec discernement les médias de manière critique et créative tant dans la vie quotidienne que professionnelle. Puisque les perceptions, les croyances et les attitudes sont de nos jours, largement tributaires des informations reçus. Et il est de notoriété publique, que l’accès à l’information et à la communication par les technologies numériques ont multiplié les possibilités.

Ce qui fait que les internautes sont inondés d’informations mais aussi de fake news. Le Directeur résident de Ndi, Kevin Adomayakpor, a d’ailleurs fait observer que « beaucoup d’acteurs utilisent les réseaux sociaux pour distiller des informations qui sapent la cohésion sociale avec parfois des discours de haine.’’ C’est pourquoi le Ndi veut œuvrer à réduire l’impact de la désinformation en ligne en période électorale sur les individus et la société. Il a donc exhorté les acteurs de la société civile ivoirienne à faire une revue régulière de tout ce qui se passe afin d’alerter l’opinion nationale et internationale.


Un avis que partage Joël Nianzou, président de la Plate-forme de la presse numérique de Côte d’Ivoire (Pnci), et panéliste dudit Forum. ‘’La désinformation crée un environnement de tension et a des inconvénients sur la vie des citoyens et la société en général’’, a-t-il renchéri. Marie Laure Zakri, Responsable ‘’Femme occupez les médias’’, a, quant à elle, insisté sur le fait que la désinformation exerce un impact négatif sur les femmes en général et accroit le harcèlement contre des femmes politiques. Notant qu’il y a des propos ‘’sexistes’’ dont l’objectif est de porter atteinte à leur dignité, leur réputation ou leur engagement politique.

A l’approche de la date fatidique du 31 octobre 2020, jour de l’élection présidentielle ivoirienne, le Directeur résident de Ndi appelle encore une fois ‘’toute la classe politique au dialogue en vue de trouver les ressources nécessaires pour bâtir un consensus qui préserve la paix et la cohésion sociale dans ce pays’’. Car ‘’seul le dialogue constructif peut résoudre tous les conflits et ramener les ivoiriens aux mieux vivre ensemble’’.
Rappelons que le Ndi est engagé dans des actions similaires dans plusieurs villes du pays dont, Daoukro, Divo et Gagnoa etc., afin d’outiller les leaders de jeunesse et de femmes de ces localités des moyens de lutte contre la désinformation.

Fanck Tagouya

You may also like

Laissez un commentaire