Accueil Agriculture Travail des enfants dans la cacaoculture: 8 millions de dollars des Etats-Unis à des coopératives ivoiriennes et ghanéennes

Travail des enfants dans la cacaoculture: 8 millions de dollars des Etats-Unis à des coopératives ivoiriennes et ghanéennes

Par Franck Tagouya
L'appui du département américain du travail dans la lutte contre le travail des enfants

Des coopératives agricoles ivoiriennes et ghanéennes vont bénéficier d’un appui de 8 millions de dollars, du département américain du travail (Dol), dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants, rapporte l’Agence Ecofin du 15 juillet dernier. Chaque pays recevra une enveloppe de 4 millions de dollars US, destinée directement aux coopératives de producteurs afin de leur permettre de renforcer la lutte sur toute la chaîne de valeur du cacao. Par ce soutien financier, le Dol espère renforcer la responsabilisation des coopératives de producteurs afin que celles-ci assurent efficacement la surveillance de la situation des enfants dans les plantations de cacao. Avec cette enveloppe, les coopératives de producteurs de ces deux géants mondiaux du cacao, devront soutenir les ménages vulnérables en leur sein. Dans ces ménages vulnérables et pauvres, les enfants se voient souvent contraints à s’adonner à des taches contractuelles dans des champs. C’est ainsi qu’ils peuvent gagner un peu d’argent de poche pour se prendre en charge voire assurer leurs frais scolaires.

Cette implication directe des coopératives pourra également permettre, comme le souhaite Alfred Babo, Anthropologue et spécialiste des questions liées au travail des enfants à Fairfield University, dans une interview accordée à Ecofin, le 12 juin 2020, de les associer à l’éducation classique des enfants, dans le sens de la socialisation de ces enfants. Ainsi les travaux champêtres seraient valorisés et ne sauraient être perçus comme le geôle pour ceux qui n’ont pas réussi à l’école. A cet effet, les coopératives devront être associées à l’éducation classique pour que les travaux champêtres soient valorisés afin que l’enfant ne pense pas que ceux qui cultivent la terre ont raté leur vie.
Il faut rappeler que le Dol a commandité une enquête, en mai dernier, dont les conclusions faisaient état d’une augmentation du nombre d’enfants dans la production du cacao au Ghana et en Côte d’Ivoire, entre 2013/2014 et 2018/2019. Vigoureusement rejetées par les autorités des deux pays. Ce qui a amené le Dol à opter en juin, pour leur révision par un groupe d’experts indépendants.

Franck Tagouya

Tu pourrais aussi aimer