Accueil Culture Yodé et Siro (à propos de leur album ‘’Héritage’’) : ‘’Personne ne peut nous influencer’’

Yodé et Siro (à propos de leur album ‘’Héritage’’) : ‘’Personne ne peut nous influencer’’

Par Franck Tagouya
la musique zouglou s'enrichit d'un nouvel album

Yodé et Siro pensent que leur nouvel album « Héritage », qui cartonne actuellement, est vraiment le reflet des réalités que vit la société ivoirienne. Le 17 juillet dernier, sur le plateau de La télé d’ici de Nci, ils ont été on ne peut plus directs. Ils disent être prêts à discuter point par point avec quiconque le voudra. Parce qu’ils disent avoir pris le temps nécessaire pour vérifier auprès de la population avant de dénoncer. C’est d’ailleurs, selon eux, la raison pour laquelle les populations s’arrachent les Cd comme des morceaux de pain, au point d’être en rupture de stock actuellement.


« Si douze mille personnes se lèvent pour courir après un album en trois ou quatre jours, c’est que ce qui est dedans est bon » … Nous avons dit ce que le peuple pense », ne cessait de répéter Siro. A propos des patronymes évoqués et certains faits énumérés, ils invitent les uns et les autres à s’attacher moins à la lettre qu’à l’esprit. Chose que les vrais politiciens parviennent à faire aisément, exceptés ceux qui sont à côté d’eux et qui crient. La preuve, soutiennent les artistes zouglou, les autorités politiques qui sont beaucoup plus sages, à qui l’album a été présenté avant sa sortie pour les uns et certains qui l’ont découvert après, n’en ont pas fait un problème d’Etat. Même si d’entre eux trouvent que les critiques formulés sont un peu acerbes. Ce à quoi ils répondent que cela a été ainsi sous tous les régimes ivoiriens depuis Houphouët-Boigny, 1er Président de la Côte d’Ivoire.

Sous la présidence de Laurent Gbagbo, par exemple, ils ont chanté : « Si tu as choisi voleur, nous, on va t’appeler voleur ». Charles Blé Goudé, qui avait écouté spécialement l’album alors qu’ils étaient encore en studio, s’exclama : « Tchiéé !!! Mais, vous nous avez attachez ! (Vous n’avez pas été tendre avec nous) ! Mais bon, si c’est ce que vous pensez ! ».
Siro fait observer que les leaders de l’actuel parti au pouvoir étaient encore plus virulents dans l’opposition sur les mêmes faits que Yodé et Siro critiquent dans l’album « Héritage ». Quand Yodé et Siro ont chanté : « De père ou de mère », c’est parce qu’ils avaient constaté qu’il y avait beaucoup d’injustices. Pour mémoire, c’est lors d’un meeting du Rdr (Rassemblement des Républicains) à Abobo, qu’ils ont chanté cette chanson en ‘’acapela’’ pour la première fois. Après la prestation, le président Ouattara (dans l’opposition en ce temps-là) leur a posé la question : « vous sortez ça quand ? » Ils ont répondu : « bientôt ».

Yodé et Siro clament à qui veut entendre, qu’ils sont ce qu’ils sont. ‘’Personne ne peut nous influencer. Quand tu ne peux pas accepter des critiques, c’est que tu as un problème », avance Siro. Rappelant que sous le pouvoir de Gbagbo, certains cadres du Fpi les traitaient de perdus. L’opportunité de cette émission leur a permis de déplorer la situation de précarité dans laquelle vivent les 8000 artistes ivoiriens qui ne peuvent pas avoir de spectacles et qui n’ont eu aucun appui depuis la crise du coronavirus. « Les artistes vivent comment ? Les 500 millions qui ont été distribués, ce sont les droits d’auteurs des artistes. A part ça, rien. Au Burkina Faso, par exemple, les artistes ont reçu une aide d’un milliard trois cent millions de Fcfa ».

Franck Tagouya

Tu pourrais aussi aimer