Accueil Economie Zone de libre échange continentale africaine : la mise en œuvre étouffée par la Covid-19

Zone de libre échange continentale africaine : la mise en œuvre étouffée par la Covid-19

Par Franck Tagouya
La création de la Zleca a pourtant suscité tant d’espoir

Des millions d’africains devront encore prendre leur mal en patience. Car la Zone de libre échange continentale africaine (Zleca), dont la création a suscité tant d’espoir, notamment chez les opérateurs économiques africains et qui devrait être effective à partir du 1er juillet 2020, a été reportée à janvier 2021. C’est « un marché commun de 1,3 milliard de consommateurs et un produit intérieur brut combiné de 3,4 milliards de dollars », selon les institutions de Betton Woods, comme le rapporte financialafrik.com du 27 juillet 2020. La Zleca est une stratégie dont la mise en œuvre doit affranchir plusieurs millions d’Africains, pris en otage par l’extrême pauvreté.

C’est ce qui ressort du rapport que la Banque mondiale (BM), a publié le 27 juillet 2020. Elle estime à 30 millions, le nombre de personnes qui devraient sortir de l’extrême pauvreté et à 68 millions, celles pour qui les ‘’chaines de la pauvreté modérée’’ seraient rompues d’ici 2035. Dans la mise en œuvre intégrale de cet accord, les droits de douane et les formalités administratives devront être éliminés. Ce qui impliquerait une réduction du coût du commerce et le revenu réel en Afrique pourrait augmenter de 7%. A cela devra s’ajouter une augmentation du volume des exportations totales de près de 29% selon la Banque Mondiale ; principalement de 81% entre les pays africains et de 19% vers les pays non africains, rapporte financialafrik.com.

Le rapport précise que « par rapport à un scénario de statu quo, la mise en œuvre de la Zleca entraînerait une augmentation de près de 10% des salaires, avec des gains plus importants pour les travailleurs non qualifiés et les femmes ».
Si la Zleca avait été mis en œuvre, puisque les pourparlers entre les gouvernements étaient en bonne voie et la covid-19 a fait fermer les frontières, elle amortirait les effets néfastes de la pandémie sur le continent. A ce propos, la Banque mondiale évoque dans ses statistiques, une perte de 79 milliards de dollars pour la production économique cette année puis des millions de pertes d’emplois. Il urge donc selon elle, de mettre en œuvre la Zleca afin d’atténuer ce choc.

Franck Tagouya

Tu pourrais aussi aimer